Search here...
TOP
Feel good

Fast fashion : et si on créait notre dressing raisonné ?

Fast fashion : créez votre dressing raisonné

Une fois n’est pas coutume, je vous écris un article « à chaud » suite au visionnage du documentaire The True Cost sur Netflix. Ce documentaire date de 2015, il n’est donc pas vraiment récent, mais il est toujours d’actualité en 2019.

L’année 2015 est particulière car elle marque pour moi mon entrée dans la vie active. J’ai commencé à travailler dans un grand groupe français de prêt-à-porter. Ce job représentait pour moi un rêve : j’étais webdesigner dans le domaine de la mode, je travaillais en bord de mer, près de ma famille et mes amis, mes collègues étaient sympas, et le sujet m’intéressait vraiment. J’étais donc à cent mille lieux de penser que les jolies robes ou tee-shirts que j’aimais mettre en avant dans des bannières et newsletters étaient payés au prix fort dans les pays du tiers-monde.

La mode et moi : mon historique

A force d’évoluer dans l’univers de la mode, j’ai fini par tomber dans la spirale infernale de la fast fashion. Je craquais facilement pour un joli top, ou des chaussures tendances, je ne devais louper en aucun cas cette promo si intéressante. Mon armoire était pleine à craquer, mais pourtant je n’avais « rien à me mettre ». Et je ne vous parle pas de mes économies qui partaient en fumée.

J’ai travaillé un an et demi dans la mode, et avec du recul, je suis vraiment soulagée de ne pas avoir continué plus longtemps. De toute façon, mon éthique et mes choix de vie actuels m’auraient poussés à démissionner pour ne pas prendre part à ce désastre.

Depuis maintenant un an, ma consommation en matière de mode à pris un nouveau tournant : je couds la plupart de mes vêtements, mes achats ont donc considérablement diminués. Pour être honnête, je ne m’attendais pas à être autant touchée par le documentaire The True Cost. Et pourtant, je l’ai trouvé bouleversant. On sait tous que les usines textiles sont épouvantables, et que les ouvrières et ouvriers travaillent dans des conditions inacceptables. Mais on ne réalise pas vraiment jusqu’à ce qu’on voit de vraies images. Alors, s’il vous plait, ne faisons pas les autruches. Si ce n’est pas déjà fait, visionnez ce documentaire pour ouvrir les yeux sur cette réalité, sur le vrai coût d’un tee-shirt à 5€ vendu chez H&M, Zara, Topshop, mais également dans les enseignes françaises comme Camaieu, Promod, Cache Cache, Kiabi, etc.

Même si je n’achète quasiment plus de vêtements, le documentaire m’a fait réfléchir sur plusieurs points, et notamment sur les matières que j’utilise pour coudre. Jusque là, je fonctionnais plutôt au coup de cœur sans vraiment me soucier de la fibre et des certifications. Je vais désormais vérifier à chaque fois la matière et privilégier le coton bio et le lin. Je prends cette résolution pour l’environnement, pour les agriculteurs qui cultivent le coton, et également pour ma santé.

Quelles solutions pour ne pas tomber dans la fast fashion ?

Des solutions commencent à apparaître pour éviter de tomber dans cette spirale infernale. Pour cela, il faut diminuer les achats textiles. C’est très simple de le dire, mais un peu plus compliqué de l’appliquer. Cependant, j’ai plusieurs solutions à vous proposer.

Éliminer les sources de tentations

C’est un exercice que je pratique de temps en temps. Je me désabonne de toutes les newsletters qui me poussent à aller sur un site de vente. Je passe également en revue mes abonnements sur Intagram : je supprime les comptes de marques conventionnelles, et les comptes d’influenceurs qui ne correspondent pas à mon éthique personnelle. En vous désinscrivant, vous diminuez les tentations quotidiennes et votre envie de faire du shopping.

Trier son armoire

Le tri est très à la mode, notamment avec la méthode Marie Kondo. Je vous invite d’ailleurs à visionner quelques épisodes de la série sur Netflix pour bien comprendre le fonctionnement. Pour ma part, je fais régulièrement du tri. Cela me permet de garder un volume de vêtements raisonnable malgré ma fréquence de couture assez élevée. Les pièces que j’ai donné au relais ou vendues sont, pour la plupart, des vêtements que j’ai acheté sur un coup de tête, pour combler une envie, ou me réconforter après une dure journée. Ce n’était pas des achats réfléchis, ni un besoin. Je peux donc dire que c’est de l’argent et des ressources jetées par la fenêtre.

Connaitre vos goûts et votre morphologie

A force de coudre, j’ai appris à reconnaître les formes de vêtements qui me vont et que j’aime porter. Je fais donc rarement des erreurs de casting. En effet, se connaitre c’est éviter de choisir une pièce qui ne nous plaira plus le lendemain. C’est aussi être à l’aise dans ses baskets, et toujours se sentir belle. Si vous ne possédez que des vêtements que vous adorez, vous serez donc moins tentés d’en acheter des nouveaux, à part s’il s’agit de les remplacer car ils sont trop usés.

Analyser vos habitudes vestimentaires

Le tri de votre armoire et la connaissance de vos goûts vont vous permettre d’analyser vos habitudes vestimentaires. Pour cela, posez-vous les questions suivantes : Quels sont vos basiques ? Quelles sont vos couleurs et motifs préférés ? Quelles formes vous conviennent ? Dans quelles matières vous sentez-vous à l’aise ? Pour cela je vous invite à lire l’article de Victoria qui nous présente une analyse de son dressing. Vous pouvez largement vous en inspirer pour faire votre propre analyse.

Choisir des marques éthiques

Il existent de plus en plus de marques éthiques, voire même vegan. Certes, le prix n’est pas le même, mais n’oublions pas qu’il s’agit du vrai coût d’un vêtement de qualité ! L’achat de vêtements d’occasion est également une bonne alternative. Dans tous les cas, je vous invite à vous poser les questions : En ai-je vraiment besoin ? Qui l’a fabriqué ? Est-ce un prix juste ? Combien de ressources ont été utilisées pour le créer ?

Se mettre à la couture

Et oui, pourquoi pas vous ? La couture est une activité passionnante, ludique et utile. Bien sûre, vous ne pouvez pas coudre une robe dès le début, il faut commencer par des petites pièces simples, demandant peu de technique. N’hésitez pas à demander dans votre entourage, il y a certainement une personne qui connait au moins des bases de couture et pourra donc vous aider.
Il y a un an, mon objectif était d’avoir la totalité de mon dressing cousu main. Aujourd’hui, je ne couds pas toutes les pièces (pas les jeans par exemple), mais la majorité de mes vêtements sont faits maison. Cet objectif me paraissait presque inatteignable, mais j’y suis arrivée, et j’ai même réalisé ma tenue de mariage… Promis, je vous montre bientôt !

Et vous, avez-vous vu le documentaire Truc Cost ? Qu’en avez-vous pensé ?
Quelle sont vos habitudes en matières de mode ?

«

2 COMMENTS

  • Mademoisellevi

    J’avais déjà réalisé l’impact depuis longtemps bien avant de voir The True Cost mais j’avoue que ce documentaire n’a fait que renforcer mon envie de minimalisme et d’éthique
    Dans mon dressing certes puisque c’est le sujet
    Mais aussi ailleurs!
    Et je le trouve extrêmement bien fais
    C’est dur d’arriver au minimalisme quand on a été (comme moi) une acheteuse assez compulsive finalement, n’ayons pas peur des mots
    Mais au final, qu’est ce que ça fait du bien de vendre ses vêtements, de leur donner une nouvelle vie et même de donner ou de recycler!!!
    C’est un long chemin qui vaut la peine, maintenant je vois tous mes vetements dans mon placard et même si j’ai encore du chemin à parcourir j’y viens!

    • contact@marquisegreen.com
      AUTHOR

      Merci pour ton témoignage Mademoisellevi !
      En effet, il ne s’agit pas uniquement de la mode, la surconsommation touche tous les domaines. Je lisais d’ailleurs ce matin, un article sur le vrai coût des fraises provenant d’Espagne : cette production exploite des femmes qui sont bien souvent violées. Le combat est donc le même que pour les vêtements !
      Consommer sainement et de façon éthique n’a donc que des avantages, et on se sent beaucoup plus léger. L’accumulation de choses ne nous rend pas heureux, bien au contraire c’est une source de stress, de jalousie, et de frustration. Vive le minimalisme et la consommation responsable ! 😉

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *